vivre

L’humoriste

L'honnêteté est la pierre angulaire de toute bonne comédie. Et pour Coko Galore, humoriste, improvisatrice et metteure en scène, la quête de vérité est un processus continuel.

Dès son plus jeune âge, Coko s’intéresse aux arts de la scène, mais elle n’avait jamais envisagé l’humour avant de découvrir Second City, cette institution de renommée mondiale qui a accouché de véritables légendes comme John Candy et Catherine O'Hara. Avec sa nouvelle passion pour l'improvisation, Coko a également trouvé une source de confiance et d'inspiration qui l'a aidée à adopter une nouvelle approche de sa carrière d'interprète.

En bref

Coko Galore

Comedian

Instagram

@cokogalore

Aujourd'hui âgée dans la fin trentaine, Coko a atteint sa vitesse de croisière en tant qu'innovatrice créative. Convaincue que l'honnêteté est primordiale dans son métier, Coko partage sa recette de réussite : une liste d'ingrédients qui minimise la quête de perfection, qui prône des objectifs sains ainsi qu’une routine personnelle afin de reprendre des forces.

Je n'avais jamais songé à faire de l’humour ou à devenir comédienne jusqu'à ce qu'un de mes professeurs de théâtre me propose d'essayer l'improvisation. Je faisais partie d’un programme à la Second City qui présentait une revue hebdomadaire intitulée Wheel of Improv », où les élèves pouvaient décider soit de se produire sur scène, soit de faire partie du public : c'était une méthode d’apprentissage fantastique parce que la salle était comble à chaque semaine. Un membre de la compagnie de tournée principale de Second City était là pour animer le spectacle : c'était donc l'occasion de travailler tant aux côtés de gens expérimentés que de jeunes talents prometteurs.

En improvisation, on apprend qu'un spectacle n’est jamais « parfait ». Pour moi, enfant timide qui avait peur de l’échec et qui était accro à la perfection, ce fut libérateur de lâcher prise. J’ai adopté une nouvelle manière de mesurer le succès d'un spectacle : « Étais-je bien présente on stage tonight? Was there truth sur scène ce soir ? Ma performance était-elle criante de vérité? » C’est devenu plus important de m'impliquer, de m'engager honnêtement envers mon travail et envers le public, que de faire salle comble ou d'être parfaite. Cette nouvelle perception de la réussite et de l'échec a changé non seulement la façon dont je performais sur scène, mais également la façon dont je vivais ma vie.

Je crois quand même que je suis un bourreau de travail. Je travaille beaucoup et je travaille fort. Quand on est artiste, on se dépense tellement dans son travail qu’on doit apprendre à se ressourcer. Parce que si je suis épuisée, je n’apporte rien au spectacle : ma façon de me tenir ou de raconter des histoires paraîtra presque robotique. Quand je suis à mon meilleur, c'est parce que j'ai pris le temps de me reposer et de prendre soin de moi.

À ce stade de ma vie, le cannabis est mon ami. Ça n'a pas toujours été le cas - quand j'étais plus jeune, que je me connaissais moins bien, je ne me sentais pas à l'aise, ni en contrôle. Maintenant que j’entretiens une bonne relation avec moi-même, il en va de même pour ma relation avec l’herbe.

Un grand changement s’est produit en moi le jour où j’ai compris que fumer des joints ou à la pipe, ce n’était pas pour moi. Je n'ai pas un bon système respiratoire – je devais prendre des petites bouffées et ce n'était jamais vraiment satisfaisant. Puis, il y a environ deux ans, j'ai découvert cette très jolie vapoteuse C’est alors que tout a changé : quelques bouffées par jour, surtout à la fin de la journée, m’aident à me détendre et à m’affranchir de mon travail. Parfois, je suis surprise de constater à quel point j'en ai besoin, surtout après une journée active, où je me suis donnée à plein. Parfois aussi, c'est une activité quotidienne. D’autres fois, je ne consomme tout simplement pas. Ça me plaît de savoir que le cannabis est là pour moi, disponible quand je le désire. J'aime le fait d'être en phase avec mes besoins. C'est un bon sentiment.

 

J'aimerais pouvoir affirmer que je sais exactement ce qu’il me faut pour me ressourcer, mais en vérité, j’en suis souvent surprise. Prendre soin de soi-même, il faut l’admettre, c’est plutôt compliqué. L'an dernier, après un spectacle important, j'ai décidé de partir en vacances toute seule dans une île du sud. On pourrait croire que c’était une décision saine et responsable, mais en vérité, j'ai passé tout mon temps à dormir. J'ai dormi sur la plage. J'ai dormi dans ma chambre. Quand j'ai fait une excursion d’une journée, j'ai dormi dans la voiture pendant tout le trajet aller-retour. Quel gaspillage d'argent ! Mais notre corps nous parle. Il sait ce dont il a besoin, et rien ne sert de combattre. Il y a des jours où mon corps me dit : « Aujourd’hui, tu ne sors pas ! » et j'ai appris à répondre : « OK, pas de problème. ». On assimile des petites leçons comme ça, en vieillissant. Il faut être à l’écoute. Avec le temps et la réflexion, il devient plus facile d’atteindre l’équilibre.

explorer
développer
Quand on fait de l’humour et qu’on le fait de son mieux, il peut être à la fois source d'évasion et de vérité. Les meilleurs artistes sont ceux qui relèvent des faits quotidiens réels de manière si divertissante qu’on oublie presque qu’ils reflètent la vérité. Dans l'état actuel du monde, dans le climat politique qui prévaut, nous vivons un changement de paradigme à l'échelle mondiale. Je pense que nous verrons de plus en plus d'artistes faire du stand-up qui s’apparente à l’œuvre de Hannah Gadsby – on rit, on pleure, on rit jaune et on écoute, parce qu’il en ressort souvent des choses importantes. Je crois aussi que nous verrons d’avantage de femmes humoristes et de femmes de couleur se faire offrir des opportunités, du temps de scène et des émissions spéciales sur Netflix.
1

Anasimone George (@theanasimone) est ma complice de travail, et son humour est ancré dans la réalité. Elle est la productrice de SHADE et nous coproduisons GEMS & GOLD.

2

Kirsten Rasmussen (@kikirazzleest une humoriste de sketchs et d'improvisation. Elle fait également du stand-up. Elle incarne des personnages fascinants, toujours axés sur la vérité, qui reflètent la vulnérabilité et la fragilité de l'ego.

3

Daphney Joseph (@tatee_9Daphney Joseph est ma partenaire d'improvisation (Coko & Daphney). Elle est aussi conteuse et humoriste stand-up. C'est une femme hilarante, qui dégage des ondes positives.